La fin des étiquettes et sacs plastique ?

Fruits & légumes, Innovation

Afin de réduire son impact environnemental, la Compagnie Fruitière adoptera bientôt deux nouvelles techniques : les banderoles et les sacs entièrement compostables.

D’ici 2050, les modes de production et de consommation devront s’appuyer, au sein de l’UE, sur le modèle de l’économie dite circulaire. Un modèle vertueux qui limite le gaspillage des ressources et la production de déchets de la part des producteurs, des distributeurs et des consommateurs. Engagés dans cette transition écologique, les acteurs de la filière agroalimentaire rivalisent de solutions.

Sans stickers, ni plastique

Étudié par la Compagnie Fruitière, les banderoles et sac recyclables ou compostable qui constituent une innovation particulièrement adaptée à la filière bio. Les emballages totalement compostables, et bio-sourcés, constitués de matière organique (tel que le maïs, la pulpe de bois ou la pomme de terre) sont capables de se dégrader intégralement dans le composteur domestique. Ces technologies faciliteraient le recyclage par le consommateur final et permettraient de devancer la stratégie européenne qui préconise d’éliminer d’ici 2030 tous les emballages non-recyclables. Ces nouveaux types conditionnements  permettraient de remplacer plus de 7 millions de sacs en plastique et autant d’étiquettes chaque année. Anticipant les prochaines réglementations environnementales de l’UE, le groupe se positionne dès aujourd’hui en précurseur de la distribution éco-responsable.

Des sacs compostables ici et là-bas

Loin des supermarchés, dans les bananeraies d’Afrique, d’autres défis occupent le terrain. Là-bas, les bananes sont protégées des oiseaux, des rayons directs du soleil et des frottements, à l’aide de gaines de protection en plastique non recyclable. Sans ces protections, la production globale chuterait de 30% à 50%, c’est dire leur importance. Après utilisation, elles sont alors collectées et renvoyées aux fournisseurs pour être ré-utilisées ou détruites dans des centres agréés. Une petite quantité de ces gaines peut néanmoins s’envoler et se disperser dans les champs. Afin de réduire ce risque au strict minimum, le département Innovation teste actuellement des gaines de protection de bananes entièrement compostables. Semblables aux sacs compostables trouvés aux rayons fruits et légumes de supermarchés, elles doivent cependant faire preuve d’une plus grande résistance.

Divers clients ont d’ores et déjà exprimé leur intérêt pour ces solutions alternatives qui résonnent auprès des consommateurs. Investie dans une stratégie d’éco-conception, la Compagnie Fruitière étudie d’autres procédés et actions afin de développer une agriculture toujours plus durable et éco-responsable. Par exemple, elle a expérimenté le marquage naturel, un procédé conçu par la start-up espagnole Laser Food, afin de tatouer directement la peau des bananes sans utiliser d’encre, ni dénaturer le fruit pour y inscrire les informations nécessaires.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *